Musée d'histoire de la vie quotiedienne du Talou
Association du Musée des Arts et Traditions Populaires du Talou - Dieppe

Les dernières acquisitions du musée du Talou

"Le musée des Arts et Traditions Populaires du Talou" vit des dons et récupération d'objets que lui donne les artisants, commerçants, industriels ou particulier. Ses objets viennent completer les collections de l'association et permet de sauver le patrimoine. D'une machine d'imprimerie à une perceuse en passant par des vinyls, des livres et revues ou des vétements. D'un buffet à la chambre à coucher en passant par des machine à laver en bois ou Calor. Du vélo au Solex en passant par le matériel agricole ou scolaires, rien est oubliés. Ainsi au fils des décennies, les collections ont permis d'accroitre le fonds.

un appel est lancer : si vous possédez des objets de toute nature, faite en dons à un musée qui les conservera et les fera découvrir au publics lors d'expositions. L'association étudie toute proposition.

Les dernières acquistions :

2016 :

Alidade Nivelatrice du Colonel Goulier - un outil de Topographie - L'alidade nivélatrice est utilisée en travaux publics, en navigation ou même en artillerie. Elle mesure 23,5 x 4 x 2.

2015 :

Chambre année 1930 - une imprimerie d'école de type Freinet - objets de coiffure - jeux anciens, etc

2014

Matériels de coiffeur - suite à la collecte sur le coiffeur, barbier etc. Plusieurs dizaines d'objets ont été collecter par l'association.

Un atelier de menuiserie - Scie à ruban, dégauchisseuses, raboteuses, tour à bois, etc.. ont été sauvés d'un ancien atelier.

Un lot de missel - Le missel est un livre liturgique dans lequel on trouve tout le texte pour la célébration de l'eucharistie (chants, lectures, prières et même des indications pour les gestes). Il en existe deux modèles : le missel d'autel destiné à l'usage du célébrant, et le missel paroissien, destiné au fidèle.

Carte religieuse - Au XIXe siècle se répandent les petites images que l'on peut insérer dans les textes imprimés, en particulier les missels, éventuellement comme marque-page ou comme support thématique. L'habitude se développe aussi d'offrir des images en marge des cérémonies religieuses (baptême, communion, confirmation, funérailles, ordination), en tant que souvenirs.

Bénitier - Le bénitier de chevet est un bénitier de petite taille composé d’une petite vasque et d’une plaque décorée que les Catholiques suspendaient à l’intérieur de leur maison, soit dans l’entrée, soit le plus souvent dans la chambre à coucher à la tête de leur lit. Ils y mettaient quelquefois du buis bénit ou y suspendaient un chapelet. Le bénitier de chevet contenait de l’eau bénite dont chacun se servait le matin pour se signer soi-même et le soir pour faire le signe de croix sur son lit avant de se coucher. Cette utilisation des bénitiers de chevet remonte aux premiers siècles de l’Église catholique et leur fabrication est toujours restée artisanale avec des matériaux plus ou moins précieux selon la fortune des gens (or, argent, faïence, bois et autres). Ils étaient décorés, peints à la main et représentaient le plus souvent Jésus en croix, la Vierge Marie, des anges ou autres sujets religieux. La plupart des bénitiers anciens ont disparu pendant la Révolution française en 1789 et les années suivantes. À partir du XIXe siècle, de nombreux bénitiers ont été fabriqués en céramique. Certains étaient des pièces uniques car fabriqués à la commande et portaient le prénom et le nom de leur futur propriétaire : nouveau-né, communiant, jeune marié, etc… Ces bénitiers se sont transmis de génération en génération mais leur utilisation s’est raréfiée en France depuis la Première Guerre mondiale pour deux raisons principales : séparation de l’Église et de l’État en 1905

Une Platine « Foulon & Langenhagen » - La mise en train se fait facilement, c'est d'ailleurs l'une des raisons qui a rendu ces presses si populaires. La forme se pose sur le marbre, vis-à-vis de la platine. Le papier, découpé au format de l'ouvrage, est placé manuellement sur la platine et maintenu par une raquette. Le mode de fonctionnement des presses à platine repose sur l'impression plan contre plan; l'impression est réalisée au moyen d'une platine qui presse un marbre sur lequel se trouve la forme à imprimer. Dans ce type de machines, marbre et platine sont liés par une charnière qui leur permet de s'ouvrir en V et de se fermer l'une contre l'autre (à la manière d'un livre). L'impression est alors verticale. L'encrage est réalisé en deux temps, au moyen de rouleaux. Des rouleaux prennent l'encre dans l'encrier puis le dépose sur une table à encrer. Des rouleaux encreurs viennent ensuite chercher l'encre pour la déposer sur la composition. La réception de la feuille est manuelle. L'ouvrier récupère la feuille lors de l'ouverture de « l'éventail » formé par le marbre et la platine. La machine est entraînée par une pédale. (Don Royer à Eu)

Un billard Russe - Le billard russe était présent dans pratiquement tous les bistrots de quartier avant l'arrivée du flipper. On y joue comme au billard il faut placer des champignons en bois qui servent à augmenter la difficulté chaque trou est placé dans une "ligne" de points et revient à l'avant ou d'autres points s'ajoutent. Un monnayeur actionne une minuterie qui ferme une trappe et empêche les billes de redescendre. La partie est terminée quand il n'y a plus de billes. Plus d'info

Si vous souhaitez faire un don à l'association, contactez nous : museedutalou@orange.fr

Musée du Talou Maison des Associations 14 rue Notre Dame 76200 DIEPPE Tél. : 02 32 90 02 12